Ce contenu est également disponible en: Anglais Italien Espagnol

La fondation Prem Rawat a parrainé récemment deux rencontres en Afrique du Sud avec son fondateur Prem Rawat. Celui-ci s’est exprimé devant des milliers de personnes sur des sujets tels que la réconciliation, l’espoir, le pardon et la paix.

Ces manifestations ont été couvertes par plusieurs médias locaux. Ci-dessous un extrait de l’article du SA Positive News :

Prem Rawat met l’accent sur la connaissance de soi : « Se connaître commence par une simple introspection, et une très belle façon de faire cette introspection, c’est un programme que je propose, le Programme d’éducation pour la paix. Il a été bénéfique à tellement de gens – dans les prisons, dans l’armée, dans la police ; tous découvrent qu’ils ne sont pas limités à leur seule imagination, mais qu’il y a quelque chose de bien plus grand à comprendre, réaliser qu’il y a du courage en soi. Lorsqu’on comprend le courage intérieur, on commence à savoir qui l’on est. On se rend compte que les éléments qui nous composent sont puissants. En permanence, la bonté est en vous. Évidemment, la colère et la haine aussi, mais la joie est en vous, l’amour, la compréhension, le pardon aussi, et nous n’avons utilisé qu’un aspect de nous-mêmes, la haine. Les gens sont convaincus que parvenir à la paix n’est pas possible. Sans paix, le tissu social va s’effondrer. Rien ne nous relie. »

Lire les coupures de presse du Diepkloof Urban News (traduites en français ci-dessous) et rester à l’écoute des nouvelles d’Afrique du Sud, ici.

South Africa press clip

Diepkloof Urban News, Vendredi 16 décembre 2016.
Prem Rawat transforme la vie des êtres en Afrique du Sud et ailleurs
Mandlakayise Hlatshwayo
En 2016, Prem Rawat a passé 16 jours en Afrique du Sud et pris la parole de nombreuses fois. Le 7 décembre, cet ambassadeur international de la paix s’est exprimé en l’Église Regina Mundi.
La manifestation s’est déroulée à l’occasion de sa quatrième visite à Soweto en deux ans. Elle s’inscrit dans la volonté de réduire la violence, cicatriser les injustices passées et les blessures causées par l’ignorance en apportant l’espoir.
En l’espace de ces deux années, des milliers d’habitants de Soweto et ses environs ont tiré profit de son Programme d’éducation pour la paix.
En explorant certains aspects fondamentaux du savoir-être pouvant amener à faire baisser la violence, telles que la force intérieure, la plénitude, la paix et l’espoir, ce programme vise à améliorer la qualité de vie personnelle et permettre l’apaisement et la résilience chez ceux qui le suivent.
La conférence, comme le Programme, se déroule en collaboration avec le Conseil municipal de la ville de Johannesburg, et plus spécifiquement le département du Développement de la Jeunesse.
Ernest Leketi, du conseil municipal de Johannesburg à Diepkloof*, a utilisé le Programme pour la paix dans les quartiers difficiles afin d’aider tous ses concitoyens. « C’est un programme qui aide les gens à se trouver eux-mêmes et à se reconnecter à leur être profond et à leur humanité, explique-t-il. Le programme a de réels effets sur ceux qui y participent et apporte l’espoir d’un avenir meilleur. Il améliore la qualité de la vie ici. »
Sindi Mnisi qui a suivi le programme est du même avis : « Depuis que j’ai commencé à assister à ce cours, je remarque que le quartier Zola (de Soweto) en aurait bien besoin aussi. »
Le programme a obtenu un franc succès dans le monde entier. Il se déroule dans 70 pays et devrait être mis en place prochainement dans l’ensemble des prisons d’Afrique du Sud.
Prem Rawat abordera pour le public les thèmes d’éradication de la violence grâce à la réconciliation, l’espoir et le pardon. « Cela inspire les jeunes à prendre des initiatives sans se plaindre », estime Thandazo Ngwenya.
Au cours de la manifestation, on a pu écouter le Soweto Youth Choir (Choeur des Jeunes de Soweto), un orchestre, un récitant ainsi qu’un chanteur d’opéra, qui a clôturé la soirée.

* Quartier de Soweto.

Légendes : Le Chœur des Jeunes de Soweto • Tumi Mahashe, animateur du programme à Soweto • Sindi Mnisi, Thandazo Ngwenya et Sizakele Sithole


South Africa press clip
L’ambassadeur de la paix Prem Rawat prône la vraie réussite
Prem Rawat est un conférencier de renommée internationale qui présente une perspective concrète sur la vie et s’interroge sur ce que sont la véritable réussite, la prospérité et le bonheur. Sa vision unique défie le mode de pensée habituel. Tandis que le monde progresse dans tous les domaines au niveau global, Rawat pose le problème : « Est-ce que les êtres humains se développent vraiment, réalisent-ils leur vrai potentiel, ou ne fait-on que survivre ? »
À la question de l’Organisation des Jeunes Présidents (YPO), comment devenir de meilleurs dirigeants ?, Rawat a répondu que l’on parle du besoin de prospérité, mais que pour lui, la prospérité sans le contentement humain, c’est le chaos. Il voit le bonheur de l’homme non seulement comme une possibilité, mais comme un besoin essentiel de chacun. Sans le bonheur, quelle que soit notre réussite professionnelle, nous demeurerons insatisfaits.
« Ce que nous voyons actuellement dans le monde est le résultat de l’absence de contentement humain, explique-t-il, ce sont les guerres, la destruction de l’environnement, la cupidité, la violence et la misère sociale, tout ce qui pourrait être évité, si l’humanité était en contact avec elle-même. »
Il a récemment publié un livre intitulé “Splitting the Arrow – Understanding the Business of Life” (1). Ce livre parle des points clés pour une meilleure compréhension de la vie, en utilisant ce moyen puissant qu’est le conte.
Le titre honorifique d’Ambassadeur de la paix a été décerné à Prem Rawat par un membre du gouvernement et par des institutions universitaires en raison de son talent à inspirer les êtres dans le monde entier. Il reçoit des centaines d’invitations chaque année pour venir s’exprimer un peu partout dans le monde, et notamment au Parlement Européen, aux Nations Unies, aux parlements anglais, australien, italien, ainsi que dans différentes universités comme Harvard, Oxford, celle de Californie, l’IIT (2) de Delhi et l’ISB (3) d’Hyderabad.
Il est également intervenu dans de nombreuses prisons comme celles de Tihar et de New Delhi pour améliorer la qualité de vie des détenus et diminuer la récidive.
Rawat a lancé la Fondation Prem Rawat (TPRF) qui a pour mission de répondre aux besoins fondamentaux des êtres humains : la nourriture, l’eau et la paix.
Le Programme Food for People (4) de TPRF est un programme innovant qui fournit des repas nourrissants aux enfants et aux adultes malades ou handicapés en Inde, au Népal et au Ghana.
Le Programme d’éducation pour la paix créé par sa Fondation est une formation basée sur différentes étapes concrètes de savoir-être pour que les personnes ressentent un contentement individuel. Ce programme est utilisé dans 70 pays.
Prem a reçu les clés de plus de vingt villes dans le monde et de nombreuses récompenses en reconnaissance de son œuvre. En 2012, il a reçu le “Prix pour l’accomplissement de toute une vie” décerné par l’Asia Pacific Brand Laureate, rejoignant ainsi l’illustre Nelson Mandela et Hillary Clinton en tant que quatrième récipiendaire de ce prix.
Prem Rawat fait preuve de créativité et d’un grand intérêt pour la technologie. Inventeur, musicien, artiste, photographe, il est également pilote accompli, avec plus de 14 000 heures de vol. Il est marié avec quatre enfants adultes et deux petits-enfants.

(1) “Atteindre sa cible – Comprendre ce qu’est la vie”.
(2) Institut Indien de Technologie de Delhi.
(3) Indian School of Business.
(4) Des repas pour tous.

Légendes : Prem Rawat • Prem Rawat reçoit une récompense d’un agent des services correctionnels • Desmond Tutu et Prem Rawat


South Africa press clip

La fondation Prem Rawat aide d’anciens détenus à s’intégrer
Mandlakayise Hlatshwayo
Le Programme d’éducation pour la paix de La Fondation Prem Rawat (TPRF) à Soweto aide d’anciens détenus à se réinsérer dans la société. Le but de ces ateliers est d’aider les participants à se trouver soi-même et à se servir de ses propres ressources intérieures pour se développer. Les gens et les anciens détenus qui suivent le programme de TPRF apprennent des techniques pour s’appuyer sur sa force intérieure et l’endurance.
Les ateliers se déroulent dans différents lieux à Soweto et permettent aux ex-prisonniers à retourner dans la société. Le 11 novembre, le programme a débuté à Zola, où d’anciens détenus sont souvent encouragés et aidés à démarrer leur propre entreprise, de manière à ne pas retourner dans le cycle de la délinquance du fait de la pauvreté et du désespoir.
« L’objectif du programme est de valoriser les anciens détenus pour qu’ils puissent revenir à la vie en société », indique l’un des animateurs de ces ateliers, Kabelo Padi. Il explique que les ex-prisonniers sont souvent délaissés, même après avoir été jugés par un tribunal et purgé leur peine. Aussi, ce programme leur montre comment la société aurait dû d’abord les traiter, comment aller de l’avant et se mettre en phase avec la société.
Le programme a même été adapté par les services correctionnels de Johannesburg et le Centre pénitentiaire de Zonderwater pour que les détenus puissent commencer cette formation multimedia de dix ateliers qui doit leur permettre de découvrir leurs ressources propres et force innée, et espérer trouver la paix personnelle.
Pour Kabelo Padi, « c’est vraiment motivant d’assister à la transformation d’un délinquant en citoyen positif et respectueux des lois. »
Si vous voulez participer au programme qui aide les anciens condamnés à revenir vers leurs proches, ou si un membre de votre famille a besoin de ce type de compétence, vous pouvez contacter Mothobi Tlale au 081 320 9614 et Kabelo Padi au 076 982 7870.

Share this story

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail