Ce contenu est également disponible en: Anglais Espagnol

Il y a quelques années, à Bantoli en Inde, Suraj a été le premier à réussir l’examen qui conclut dix années d’études et à poursuivre au-delà. Lors d’un entretien qu’il a accordé au centre Food for People (FFP) de son village, il explique comment ce programme alimentaire l’a aidé à réussir ses études et à améliorer sa vie quotidienne.

En quoi le programme FFP vous a-t-il permis de réussir à l’école ?

J’ai toujours voulu faire des études, mais la situation financière de mes parents ne le permettait pas. En venant ici (au centre FFP) régulièrement, j’ai été encouragé. Manger un bon repas par jour m’a donné des forces et j’ai pu aller à l’école.

Dans mon village, on ne nous encourage pas à faire des études. On nous incite plutôt à travailler dur, labourer la terre et faire des travaux de force. Mais un jour, des gens instruits sont venus nous voir au centre, et j’ai remarqué qu’ils vivaient très bien. Ça m’a donné de l’élan pour étudier moi aussi. Je me suis dit : « Pourquoi pas moi ? »

Qu’avez-vous appris sur la propreté en venant à FFP ?

À la maison, on ne nous disait jamais de nous laver les mains avec du savon avant de manger. J’ai appris tout ça ici. On ne pouvait pas manger si on ne s’était pas lavé les mains. Et après le repas, on devait encore se les laver méticuleusement avant de repartir. C’est une habitude que j’ai conservée.


Comment se passent vos journées maintenant ?

Je vais au lycée à vélo, à 14 km d’ici. Si j’ai le temps, je fais un saut au centre FFP pour surveiller le repas des petits ou donner un coup de main aux bénévoles. Quelquefois, je photographie les enfants ou je les interviewe sur FFP et sur leur vie quotidienne pour réaliser des reportages. Je travaille aussi la terre, j’étudie et j’ai un emploi à temps partiel.


Quels changements avez-vous observés au village depuis l’ouverture du centre ?

Avant FFP, bien peu d’enfants fréquentaient l’école et, s’ils y allaient, ils arrêtaient en huitième année. Les enfants labouraient les champs et menaient une vie très simple.

Des changements commencent maintenant à se faire sentir. Les enfants veulent aller au bout des études secondaires et avoir un travail. Ils veulent vraiment s’instruire. Leur mentalité a changé. Ils pensent qu’ils réussiront dans la vie s’ils travaillent dur et apprennent.

La télévision et le vélo se répandent aussi au village. Quand j’étais petit, on allait à l’école à pied, et ce n’était pas facile.

 

Comment voyez-vous l’avenir ? Quels sont vos projets pour aider votre famille et le village ?

Je veux simplement être une bonne personne. C’est tout. Tout le monde désire gagner de l’argent, mais si ce n’est pas pour avoir une belle vie, à quoi ça sert ? Pour moi, que je gagne de l’argent ou pas, je désire avoir une belle vie et suffisamment d’argent pour subvenir aux besoins de ma famille.

J’espère que la prochaine génération pourra s’instruire et réussir dans la vie. J’aimerais que les gens du village soient unis et qu’ils trouvent la paix.

Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Je tiens à remercier tous ceux ici qui prodiguent de l’amour aux enfants. Ils m’ont beaucoup appris. Les enfants apprennent aussi énormément de leur exemple.

Des enfants timides se mettent à parler lorsqu’ils fréquentent FFP, ils s’ouvrent et commencent à s’exprimer. Au village, ça n’arriverait pas, les gens crient tout le temps après les enfants. Alors ils se renferment et ne parlent pas. Ici, c’est tout le contraire.

La première fois que je suis venu, je ne parlais à personne. J’avais peur de tout. Mais avec le temps, j’ai acquis de l’assurance. Aujourd’hui, on peut me demander n’importe quoi, je peux tenir une conversation. C’est un énorme changement pour moi.

FFP m’a beaucoup soutenu. Ça a été un très beau cadeau qui m’a permis de m’instruire et de grandir.

Sans FFP, je ne serais pas là où j’en suis aujourd’hui.

Bientôt une nouvelle vidéo sur Suraj et le programme FFP en Inde.

Share this story

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail