Le Programme d’éducation pour la paix (PEP), qui a déjà bénéficié à des milliers de détenus dans le monde, devrait encore s’étendre après la présentation faite par des bénévoles à des dirigeants, lors de la conférence annuelle de l’Association Internationale des établissements pénitentiaires (ICPA, International Corrections and Prisons Association).

Cette série novatrice d’ateliers du bien-être aide les détenus et d’autres publics à découvrir leurs ressources intérieures, à prendre de meilleures décisions et à ressentir la paix en eux. Ce programme est très apprécié par les personnels pénitentiaires qui ont constaté une nette amélioration du comportement des détenus qui l’ont suivi, accompagnée d’une baisse notable de la récidive.

IPCA 2019 conference ArgentinaUne équipe de bénévoles d’Amérique du Sud (Argentine, Brésil, Colombie, Chili et Uruguay) ont présenté le PEP lors de la conférence 2019 de l’ICPA qui s’est tenue le 28 octobre dernier à Buenos Aires. Lors d’une table ronde, ils ont témoigné des changements observés chez les participants, dans leurs pays respectifs.

Le service pénitentiaire fédéral d’Argentine qui organisait la conférence cette année, ainsi que différents responsables pénitentiaires d’Amérique du Sud et du Nord, d’Europe, d’Afrique et d’Asie, ont salué cette démarche. Certains avaient entendu parler du PEP par leurs collègues ou avaient lu des articles, notamment dans la newsletter de l’ICPA.

Pour d’autres, c’était une découverte. L’occasion pour les bénévoles de s’entretenir avec les représentants des systèmes pénitentiaires de Jordanie, de Fidji, de Singapour, d’Ouganda, des îles Salomon et d’Éthiopie.

IPCA 2019 conference ArgentinaLe thème de la conférence cette année, “Renforcer les pierres angulaires de nos prisons : droits, dignité, sécurité et soutien”, cadrait bien avec le titre choisi par l’équipe du PEP pour leur présentation : “Le Programme d’éducation pour la paix dans les prisons d’Amérique Latine : encourager la dignité”.

« De toutes les présentations qu’on a eues, c’est celle que j’ai préférée, commente Jeshi, agent pénitentiaire en Éthiopie. C’est le meilleur projet. Il est clair que le point de départ doit être le cœur de chaque être humain ; sans cela, il n’est pas possible d’obtenir de bons résultats. J’espère pouvoir mettre en route ce programme dans les prisons éthiopiennes. »

Ce programme, qui n’a aucun caractère religieux ou sectaire, est mis à la disposition de personnes et d’organisations du monde entier par la Fondation Prem Rawat. Pour savoir comment organiser ces ateliers dans votre entreprise ou association, cliquer ici.

Share this story

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail