Cette nouvelle vidéo montre une variété d’expériences qui racontent comment le Programme d’éducation pour la paix (PEP) redonne force et autonomie aux participants et les amène à transformer leur vie.

Le Programme d’éducation pour la paix (PEP) est une série de 10 ateliers multimédia qui abordent ce qu’est la paix individuelle. Les participants découvrent peu à peu leurs ressources intérieures pour vivre plus épanouis.

Chaque atelier est basé sur des extraits vidéos de conférences de Prem Rawat, conférencier, auteur et fondateur de TPRF : « Ressentez-vous le besoin d’être heureux ? Voulez-vous être en paix chaque jour ? Vous pouvez y arriver. Le Programme d’éducation pour la paix a un objectif simple : vous mettre en contact avec vous-même. »

Dix thèmes sont abordés dans cette formation : la paix, la gratitude, la force intérieure, la conscience de soi, la clarté, la compréhension, la dignité, le choix, l’espoir et la plénitude. Chaque séance réserve des temps de réflexion et d’échange entre les participants. Ceux-ci reçoivent un manuel d’accompagnement en début de formation. Le PEP a déjà touché de nombreux publics dans plus de 80 pays ; il est proposé dans des universités, des associations, des centres de détention et de désintoxication…

Ce programme très simple a de profondes répercussions sur les personnes en grande difficulté : il les amène à changer leur façon d’être et à ressentir que la paix est possible.

« Les participants en ressortent meilleurs qu’avant. Certains détenus, connus pour leurs comportements asociaux, ont changé du tout au tout », souligne Terence Mathews, conseiller d’orientation au centre de détention Metro West de Miami, en Floride.

En Colombie, le PEP a été mis au programme du travail de réconciliation par le gouvernement pour bâtir une culture de paix après des décennies de guerre civile. « Mettre en place le Programme d’éducation pour la paix au programme de 500 écoles d’Antoquia (Colombie) envoie un message fort : il existe une alternative. Ces enfants qui avaient cessé de rêver, sont en train de construire leur avenir », déclare le Pr Nestor David Restrepo Bonnett, secrétaire du département Éducation d’Antioquia.

En Grande-Bretagne, et dans d’autres pays dont la liste ne cesse de s’allonger, d’anciens combattants racontent que le PEP leur donne des outils pour puiser dans leur force intérieure et réussir leur retour à la vie civile.

« J’étais en colère, rempli de haine, quand j’ai commencé, confie Blair Murray, un résident du Beacon, centre d’accueil pour anciens combattants sans abri dans le Yorkshire Nord. Je me battais pour arriver à me comprendre. Je n’avais pas les outils avant le PEP. »

En Équateur, les ateliers d’éducation pour la paix ont amené le gang des Bloods d’Ibarra à abandonner leurs armes pour se consacrer à des projets de solidarité dans leur quartier, avec le soutien des autorités locales. « Je crois que si nous n’avions pas écouté le message de Prem Rawat, le pire serait arrivé. Nous aurions continué à voler et nous entretuer », déclare Jefferson, un des meneurs.

La violence chez les jeunes trouve souvent ses racines dans l’addiction aux drogues, notamment les opiacés, le plus grand danger actuellement. Le PEP est devenu l’une des solutions adoptées par les professionnels de la réinsertion pour aider les toxicomanes à rester abstinents en développant leur force intérieure.

« Le message de Prem est vrai et tape juste, même pour des types comme moi, issus d’un foyer brisé, qui ont passé leur temps à faire des allers-retours en prison. Je revis et ne cherche plus la paix dans la drogue ou l’alcool », témoigne Mark West, un patient de la James Casey House, un centre de désintoxication situé à Wilkes-Barre, en Pennsylvanie.

La Fondation Prem Rawat propose gratuitement le Programme d’éducation pour la paix aux particuliers et aux institutions.

Découvrez ici comment vous (ou votre association) pouvez mettre en place un PEP.

Share this story

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail