Las Palmas de Grande Canarie est une île très animée de l’océan Atlantique, située entre l’Espagne et la côte marocaine, et c’est la ville la plus peuplée des îles Canaries. Sur la promenade, fierté de la ville, qui longe la plage de Las Canteras, habitants et touristes aiment se promener au coucher du soleil.

C’est là que le festival de la Paix s’est tenu, du 24 mai au 7 juin. Pendant deux semaines, de nombreuses activités se sont succédé, mettant à l’honneur des associations locales qui prônent une culture de paix à travers des actions humanitaires. Les habitants ont participé à un lâcher de tortues, audience_las_palmasdes rencontres sportives, des concerts et un “dîner de la paix” caritatif. Au total, 20 ONG locales, 30 associations et 400 volontaires ont pris part à ce premier festival Time for peace* de ce côté de la planète.

Lors de la conférence du dernier jour, Prem Rawat a longuement parlé de la nécessité de la paix : « Sans paix, nous n’avons aucun avenir. Nos enfants n’ont aucun avenir. L’humanité n’a aucun avenir sans la paix. La paix est ce qu’il y a de plus profond et de plus simple, elle danse sur la scène qui s’appelle l’être humain. La paix prend naissance en nous, non pas sous forme d’idées mais de réalité. »

las_palmasD’autres personnalités se sont exprimées. Juan José Cardona, le maire de Las Palmas, a fièrement déclaré que Las Palmas de Grande Canarie était la première des quatre villes dans le monde à promouvoir les valeurs de paix en organisant un festival cette année. Puis ce fut le tour de la baronne Scotland of Ashal, ex-procureur général du Royaume-Uni, fondatrice et présidente de la fondation “Éliminez la violence domestique”, qui a contribué à réduire de 60 % la violence domestique en Grande-Bretagne. Enfin, Jeremy Gilley, le fondateur de Peace One Day et co-sponsor du festival Time for peace, s’est exprimé via une vidéo depuis le Congo.

Au cours des semaines précédant la manifestation, des bénévoles l’ont annoncée en distribuant des prospectus ou en posant des affichettes dans les boutiques. La société des transports publics de la ville, Guaguas Municipales, a posé des panneaux publicitaires sur la totalité de ses bus. Et le jour J, environ 400 à 600 personnes ont assisté debout à la dernière conférence, point d’orgue du festival.

Mary Dagugleish, une bénévole du festival, a confié qu’elle avait passé un merveilleux week-end à Las Palmas, « avec le soleil, la mer, les amis et l’inspiration de Prem Rawat. Il m’a rappelé l’importance de jouir de cette paix afin d’apprécier et de profiter de chaque précieuse journée. »

las_palmas_sign« Ce que je retiens, a dit un autre bénévole, c’est que la paix commence à l’intérieur de chacun de nous. »

* Un temps pour la paix.

 

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail