Côte d’Ivoire. – Dans ce pays qui a connu de nombreuses perturbations sociales l’année dernière, notamment dans le système éducatif, un frère et une sœur ont eu envie d’apporter de l’espoir aux élèves du lycée professionnel de Jacqueville, ville côtière située à une soixantaine de kilomètres à l’ouest d’Abidjan, et de leur redonner un élan avec le PEP.

Houphouet Nguessan

Tout a commencé l’an dernier, quand Houphouët Nguessan, élève au lycée professionnel de Jacqueville (LPJ) a demandé à sa sœur Stéphanie, qui vit en France, de revenir au pays pour proposer aux responsables de son établissement le Programme d’éducation pour la paix, basé sur des extraits vidéo de conférences de Prem Rawat.

Le frère et la sœur ont bénéficié depuis leur enfance de l’enseignement de Prem. Ils avaient donc l’espoir que ce message de paix trouve un écho chez les professeurs soucieux de donner un avenir meilleur à la jeunesse ivoirienne.

« Le lycée professionnel de Jacqueville accueille des élèves de tous horizons pour les préparer aux métiers manuels et à la vie active, explique Houphouët. J’avais envie qu’ils puissent entendre ce message plein de sagesse. Je trouve ce que Prem dit très enrichissant et peut nous aider à entrer sur le marché du travail. »

Stéphanie Nguessan (à droite) remet les certificats de participation au PEP.

En avril 2018, Stéphanie est revenue dans sa Côte d’Ivoire natale pour rencontrer le directeur du LPJ Nzi Nguessan et d’autres professeurs, et leur présenter le PEP en quelques vidéos ainsi que le site de la Fondation Prem Rawat. Les responsables du lycée ont apprécié la simplicité du programme et l’ont aussitôt approuvé.

Stéphanie, qui en France travaille dans les ressources humaines, a passé le reste de ses vacances aux côtés des bénévoles de l’école pour animer les 10 ateliers du PEP suivis par 400 étudiants, professeurs et dirigeants.

Les commentaires des participants montrent clairement qu’ils ont trouvé le programme enrichissant et complémentaire des cours plus traditionnels.

« Ce cours a sensibilisé les jeunes à la paix intérieure, remarque un professeur. Il développe leur capacité à se transformer, à se réaliser et contribue à la paix universelle. »

« La connaissance de soi est essentielle et d’autres formes de connaissance devraient suivre, ajoute un autre, Je pense qu’il faut inclure ce programme dans notre système d’éducation pour permettre à tous de vraiment se connaître. »

Le soutien de l’administration s’est accru depuis ses premières séances.

Le directeur du LPJ, M.Nzi Nguessan, et d’autres responsables ont décidé de le proposer à tous les étudiants de première année. « Je souhaite que tous les nouveaux entrants à LPJ participent au PEP pour que notre établissement soit rempli d’élèves en paix », déclare M. Philippe Brou Dagra, un membre de la direction. C’est ainsi qu’il a invité Stéphanie à revenir durant l’année scolaire pour former le personnel et les étudiants, de manière à concrétiser ce souhait.

Elle y est retournée en octobre 2018 et annonce que près de 800 élèves et membres du personnel suivent la dernière formation PEP. Le tout nouveau “Club de la paix LPJ” compte déjà 300 membres qui veulent mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Ils sont en train de s’organiser pour animer des ateliers à l’attention des autres élèves, de leurs parents et autres.

« Ceux qui ont suivi un PEP en parlent à leurs amis, et maintenant tout le monde veut le faire, explique Marc Komoé, un membre de la direction du LPJ qui supervise le club de la paix. Nous pensons que c’est un bon programme et saluons tous ceux qui l’ont rendu possible. »

Stéphanie a profité de son séjour en Côte d’Ivoire pour présenter le PEP aux directeurs de différents établissements scolaires alentour. L’université d’Abidjan a déjà donné son accord et Stéphanie espère que d’autres établissements suivront.

De retour en France, elle suit à distance les contacts qu’elle a établis et la dynamique qu’elle a contribué à construire en Côte d’Ivoire.

« C’est une chance de participer à ce qui se passe, déclare-t-elle. Je suis reconnaissante de jouer un petit rôle dans l’effort de Prem pour faire parvenir son message de paix au plus grand nombre. C’est une opportunité incroyable. »

Share this story

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail