Le Programme d’éducation pour la paix (PEP) a été bien accueilli à l’île Maurice, à 1 900 km des côtes de l’Afrique du Sud. Maoomar Hoota, 21 ans, qui suit des études d’ingénieur, a pris l’initiative de l’introduire à l’école de management de la ville de Vacoas.

Mauritius PEPMaoomar Hoota a découvert le PEP sur le site web de la Fondation Prem Rawat. Il en a parlé à Pritesh Bissoonauth, le directeur de l’école, et tous deux ont été très impressionnés par la manière dont le programme paraît transformer la vie des gens à travers le monde. « Nous aimerions que le PEP ait le même impact ici, qu’il améliore la vie des gens et leur apporte la possibilité de ressentir la paix », explique Maoomar.

Le premier PEP à l’école comptait 17 participants – des étudiants et des membres d’ONG ; le deuxième programme encore plus, et un troisième est prévu pour bientôt. Durant les ateliers, les commentaires des participants montrent que le PEP les aide à découvrir un sentiment d’espoir qui leur permet d’envisager une nouvelle approche de la paix.

« Je pense que chacun de nous peut changer le monde : la paix commence avec moi », a exprimé un participant.

Mauritius PEP« La paix est un ressenti, une expérience, une graine qui doit être cultivée dans la durée », a dit un autre.

« Nous devrions être comme des fleurs et nous ouvrir comme elles », a ajouté un autre.

Ces réactions positives encouragent Maoomar et son équipe de 15 volontaires mauritiens, qui reçoivent déjà des demandes d’autres ONG pour organiser des PEP dans différents endroits, y compris une prison.

« J’espère que nous pourrons proposer des PEP dans toute l’Île Maurice pour que tout le monde puisse en profiter ! », conclut Maoomar.

Share this story

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail