La Marine mexicaine tente une approche nouvelle pour le maintien de la paix à Veracruz. La Marine a en effet intégré le Programme d’éducation pour la paix (PEP) dans son programme de formation, et c’est dans sa base même qu’elle le propose actuellement à plus de 240 soldats, policiers et agents de sécurité.

Située sur les rives du golfe du Mexique, la ville de Veracruz est l’un des plus importants ports et centres économiques du Mexique. Mais sa situation privilégiée le long de la côte en a également fait une plaque tournante pour le trafic de stupéfiants, avec pour résultat le plus fort taux de criminalité du pays.

Trop de responsables locaux étant corrompus, le gouvernement fédéral y a envoyé la Marine pour aider à rétablir l’ordre. Celle-ci a adopté une approche innovante et globale : elle ne se contente pas d’enfermer les malfaiteurs, mais tente également de résoudre les problèmes sociaux sous-jacents qui sont vecteurs de criminalité. C’est ainsi que la police navale aide les toxicomanes à accéder à des centres de réadaptation et fournit un toit et un soutien aux sans-abris et aux chômeurs.

Les militaires de la police navale s’impliquent aussi personnellement pour gérer certains problèmes de sécurité et travaillent à donner l’exemple en vivant eux-mêmes de manière plus pacifique.

PEP Mexico« Ceux qui sont impliqués dans la prévention de la criminalité devraient être les premiers à être centrés. Ils devraient eux-mêmes être en paix, car c’est un élément clé pour prévenir la criminalité », explique le capitaine Antonio Morales, commandant de la police navale à Veracruz. « Je ne crois vraiment pas que tout puisse se résoudre avec des armes, ou plus de policiers, plus de véhicules blindés et plus d’usage de la force. Il existe d’autres solutions, et je partage cette philosophie avec le Programme d’éducation pour la paix. »

Le Capitaine Morales et un petit groupe d’officiers ont commencé par suivre eux-mêmes un PEP. Ils ont trouvé le cursus pertinent et inspirant, et se sont formés pour l’animer. Quand ils ont commencé à offrir le programme à la base navale, celui-ci a été très bien reçu.

« Les résultats ont été excellents. Les gens ont été profondément touchés : ils ont trouvé des moyens qui leur ont permis d’améliorer leur estime de soi, leur santé et leur comportement. Ce sont maintenant de meilleures personnes, dit-il. Et donc, avec ces personnes meilleures, nous avons de meilleurs agents de police, et avec de meilleurs agents de police dans les rues, nous aurons plus de sécurité, ce qui va avoir un impact positif. »

S’il est prévu de continuer d’offrir le programme à la base navale, Morales préconise également de l’étendre aux organismes civils, comme le ministère de l’Éducation, afin que davantage de gens à Veracruz et au-delà, aient la possibilité de s’y inscrire : « Si ces organismes agissent de concert avec la police pour rendre le PEP universel, nous aurons des résultats très concrets. J’ai l’espoir que dans un proche avenir, mon pays puisse être inondé de PEP ! C’est mon rêve, et j’aimerais le réaliser. »

Le capitaine Morales est très reconnaissant envers les bénévoles et les donateurs de la Fondation Prem Rawat qui tous, œuvrent pour que le PEP soit disponible gratuitement au Mexique et dans le monde entier.

« Merci à vous tous de l’excellent travail que vous faites, avec autant de générosité. Je remercie fraternellement, avec toute mon énergie et de tout mon cœur, tous ceux qui soutiennent cette Fondation. »

Share this story

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail