Prem Rawat

Prem Rawat

 

Ambassadeur de la paix

Prem Rawat consacre sa vie à faire connaître son message de paix, qui a déjà touché des centaines de millions de personnes dans plus de cent pays. Il s’adresse à tous les publics – de petits groupes de détenus en prison, des dirigeants internationaux lors de forums, ou encore à d’immenses auditoires, notamment en Inde où plus de 300 000 personnes viennent régulièrement l’écouter.

Il a été invité à prendre la parole devant de grandes institutions : le Parlement européen, les Nations Unies, le Sénat italien, les parlements d’Australie, d’Argentine et de Nouvelle-Zélande, mais aussi des universités et lors de conférences réunissant des intellectuels et des hommes d’affaires.

Prem Rawat a aussi rencontré un grand succès en adaptant des contes anciens au public d’aujourd’hui. Son livre Cuando el desierto florece¹ (Quand le désert fleurit) est arrivé en tête des ventes en 2018 en Espagne dans la collection “Essais” de Penguin Random House.

Un parcours unique

Né en 1957 dans le nord de l’Inde, Prem Rawat parle de la paix en public dès son plus jeune âge. À 13 ans, il est invité à Londres et à Los Angeles. Ce qui n’était qu’un séjour lors de vacances scolaires devient un parcours incessant dans le monde, au long duquel il donne de nombreuses conférences pour aider les gens à découvrir et pratiquer la paix dans leur vie.

Récompenses et distinctions

Prem Rawat s’est vu récompensé de nombreuses fois pour l’impact de son message sur les individus et sa contribution à la compréhension de la paix personnelle. On lui a remis les clés de nombreuses villes et différentes distinctions (voir les encadrés ci-contre), ainsi que le titre d’ambassadeur de la paix à quatre reprises : par l’Unipaz (l’Université de la Paix au Brésil) et trois organisations gouvernementales. En 2012, Prem est “lauréat du Prix de l’Œuvre de toute une vie” décerné par la Fondation Asia Pacific Brand², une récompense réservée aux hommes d’État et aux individus dont l’action a transformé la vie des gens et le monde en général. Parmi les précédents lauréats figure Nelson Mandela.

Dans une vidéo enregistrée pour la Conférence de la Paix qui s’est tenue à Oslo en 2012, Prem souligne la possibilité très réelle de connaître la paix durant notre vie : « Certaines personnes sont cupides, d’autres indifférentes, mais à mon sens, elles représentent une minorité. La plupart des gens sur cette planète veulent la paix, et si c’est vrai, la paix dans le monde est tout à fait possible. Certains disent que ça n’arrivera jamais. Eh bien, que notre époque soit celle qui appartienne à ceux qui pensent que c’est possible, et non à ceux qui soutiennent le contraire. »

Prem Rawat, son action humanitaire

En 2001, il crée la Fondation Prem Rawat (TPRF), une organisation à but non lucratif, pour répondre aux besoins humains fondamentaux de nourriture et d’eau, mais aussi de paix.

Dès 2006, TPRF met en œuvre le programme Food for People³ (FFP) conçu par Prem Rawat pour aider les habitants de zones rurales sans aucune perspective de développement. Les centres FFP en Inde, au Népal et au Ghana fournissent ainsi aux enfants et aux adultes malades plus de 400 000 repas chauds et nutritifs par an, cuisinés selon des recettes locales, tout en leur dispensant une éducation à l‘hygiène. Dans chacune de ces régions, les centres FFP ont transformé la vie locale en améliorant la santé, la fréquentation et la réussite scolaires, et en stimulant l’économie.

Chaque année, TPRF contribue à faire connaître le message de paix de Prem à travers des forums avec des responsables de gouvernement, des industriels, des éducateurs, des cadres de l’armée et des détenus.

TPRF finance également de nombreuses actions humanitaires en partenariat avec des ONG dans 40 pays, pour des secours d’urgence lors de catastrophes naturelles, des systèmes d’approvisionnement en eau potable ou encore l’installation de salles d’informatique dans des écoles, entre autres.

Vie privée

Dans son travail, Prem Rawat fait appel à sa grande créativité et aux technologies de pointe. Musicien et inventeur, il est un pilote d’avion expérimenté avec plus de 14 000 heures de vol à son actif, principalement pour se rendre aux nombreuses conférences qu’il donne. Il est marié, a quatre enfants et trois petits-enfants.

Pour plus d’information, consulter le site internet de Prem Rawat, www.premrawat.com/fr/.


Focus sur le Programme d’éducation pour la paix

Le Programme d’éducation pour la paix (PEP) est l’un des programmes phares mis en œuvre par la Fondation Prem Rawat. Il a été adopté par des milliers d’institutions à travers le monde (universités, établissements pénitentiaires, centres d’action sociale, hôpitaux) afin d’aider ceux qui le souhaitent à trouver le chemin de la paix. Un programme qui a changé la vie de milliers d’individus.

Les objectifs du programme

Le Programme d’éducation pour la paix a un objectif simple : mettre les participants en contact avec eux-mêmes afin qu’ils puissent développer leur paix intérieure. Le PEP repose sur une idée à la fois simple et puissante : ce que l’on cherche à l’extérieur se trouve en réalité à l’intérieur de soi.

« La paix est nécessaire dans la vie de chacun. La paix que nous recherchons réside en nous, elle est dans notre cœur et attend d’être ressentie. Ce n’est pas le monde qui a besoin de paix mais les gens. Quand les gens seront en paix, le monde sera en paix. »  Prem Rawat

 

Le Programme d’éducation pour la paix vise à faire évoluer le regard que portent les personnes sur leur propre existence. L’objectif n’est pas théorique, mais pratique et existentiel.

À la question : « Qu’est-ce que le Programme d’éducation pour la paix ? », Prem Rawat répond souvent : « Un miroir ». L’objectif du PEP n’est pas de transmettre une définition toute faite de la paix, il n’est pas de créer la paix, mais de faire prendre conscience que la paix est en chacun de nous. Nous la possédons déjà, elle n’attend qu’à être redécouverte, cultivée, pratiquée.

10 séances pour mieux comprendre la paix

Proposé dans plus de 80 pays et traduit dans 36 langues, le PEP a été mis en place dans des milliers d’établissements. En accès libre, il s’adresse à tous les individus en quête de sens et de paix intérieure. Ce programme tous publics est parfois mis en place pour répondre à des besoins spécifiques : aider des détenus à se réinsérer, apporter un soutien psychologique à des professionnels soumis au stress (agents du maintien de l’ordre, policiers, gardiens de prisons), répondre aux attentes de jeunes en quête de sens, dont des étudiants, des jeunes en difficulté ou appartenant à des gangs de rue, et des toxicomanes. Chacun peut en tirer un bénéfice personnel, dans la mesure où il répond à un besoin fondamental. Des services de police, des entreprises, des casernes, notamment, utilisent ce programme.

Conçu comme une formation, le PEP se compose de 10 ateliers consécutifs, multimédia et interactifs d’environ 1 heure (il existe une version plus courte pour des publics spécifiques). Chaque atelier traite une thématique forte du message de Prem Rawat : la paix, l’appréciation, la force intérieure, la conscience de soi, la clarté, la compréhension, la dignité, le choix, l’espoir et la plénitude. Des extraits de conférences données par Prem Rawat illustrent les différents thèmes, et un temps pour des expressions est également prévu afin d’alimenter la réflexion des participants. Après avoir suivi le PEP, les participants devraient être à même de comprendre la possibilité de paix individuelle, découvrir des ressources intérieures telles que l’espoir, la liberté de choix et la clarté, et apprécier leurs propres valeurs.

Pour quels résultats ?

En 2014, le PEP a été soumis à une évaluation par le Professeur Jamshid Damooei, président de Damooei Global Research. 365 participants du monde entier ont répondu à une enquête de satisfaction. Avant la formation, il en ressort que moins de 42 % des personnes interrogées estimaient possible de ressentir la paix. Après l’avoir suivie, quasiment toutes le pensaient, et les trois-quarts avaient la conviction que la paix était vraiment possible dans leur vie. Des résultats encourageants étayés par de nombreux témoignages.

Alyce Knaflich accompagne les femmes vétérans sans domicile et sans ressources

Après 17 ans passés dans l’armée de terre américaine et plusieurs interventions à l’étranger, Alyce Knaflich décide d’arrêter sa carrière militaire. Le retour à la « vie normale » est très difficile pour elle, comme pour des milliers d’autres vétérans. Sans soutien, sans famille, Alyce finit à la rue, sans domicile fixe 10 ans durant. Une situation loin d’être unique : plus de 40 000 vétérans sont sans abri chaque nuit aux États-Unis – des femmes et des hommes qui ne se sentent plus appartenir à la société.
Alyce Knaflich a suivi un PEP pilote organisé pour les vétérans à Asheville, en Caroline du Nord. Ce programme lui a permis de se retrouver et de regagner confiance en elle. Dans le prolongement de sa participation au PEP, Alyce Knaflich a décidé de fonder Aura, un foyer pour les femmes vétérans sans domicile et sans ressources. Elle consacre désormais son énergie à guider à son tour les femmes vers leur paix intérieure.

L’éducation pour la paix en Colombie

Pendant un demi-siècle, la Colombie a connu un conflit armé d’une extrême violence, faisant plus de 250 000 morts et 6 millions de déplacés. Le pays sort tout juste de la guerre civile. En 2016, les groupes armés se sont engagés dans un travail de réconciliation mais d’importants défis restent à relever avant de construire une paix durable. Les blessures sont profondes. C’est dans ce contexte très difficile que la Fondation Prem Rawat et le gouvernement colombien ont décidé de collaborer ensemble pour offrir le PEP aux victimes et aux anciens combattants. Ainsi plus de 500 écoles et collèges ont pu bénéficier du PEP dans le département d’Antioquia. Le vice-président de Colombie a demandé à ce que le PEP soit mis en place pour les militaires et la police ainsi que leurs familles, et également pour tous les anciens combattants, des deux côtés de la plus longue guerre civile de l’histoire.

Dans un pays plongé si longtemps dans les affres de la guerre et qui avait oublié le sens même du mot « paix », ce programme a été accueilli avec beaucoup de soulagement et d’espoir par la population.

En Espagne, le PEP parrainé par les Clubs de l’Unesco

Présenté lors d’une conférence nationale sur la mise en œuvre des Objectifs de développement durable des Nations Unies qui s’est tenue à Malaga en mars 2018, le PEP fait partie maintenant des programmes éducatifs soutenus par la Fédération espagnole des clubs Unesco qui le propose à ses différents centres à travers l’Espagne. Pionnier de ce partenariat, le club de Malaga travaille en collaboration avec des associations locales qui viennent en aide à des populations fragilisées : victimes de violence familiale, toxicomanes, détenus…

Le PEP présent en France depuis quelques années

C’est principalement au travers de structures associatives artistiques ou sociales que le PEP est utilisé en France. Il est présent dans quelques grandes villes (Paris, Marseille, Toulouse) mais aussi dans des villes moyennes (Tarbes, Limoges ou Saint-Etienne) et des petites communes rurales (Menetou-Salon et Embrun). Dans le Gers, où depuis 2012 un collectif organise une Fête de la paix à Montégut-Arros, le PEP fait partie des outils pour promouvoir une culture de paix.

Avec plusieurs années de recul et de résultats concluants, le Programme d’éducation pour la paix poursuit son développement à travers le monde avec de nouveaux partenariats et toujours plus de personnes touchées par le message.

Découvrez les dernières nouvelles du PEP.

1) Titre de la version originale : Splitting the Arrow: Understanding the business of Life.
2) L’Asia Pacific Brands Association’s BrandLaureate Lifetime Achievement award.
3) Des repas pour tous.


haut de la page

Honneurs et distinctions

Prem Rawat a reçu de nombreuses marques de reconnaissance. Les distinctions honorant son travail, prix, clés de villes, lettres d’appréciation et invitations officielles de gouvernements témoignent de l’accueil qui lui est fait depuis des années. Cliquer sur les onglets ci-dessous pour en voir un aperçu.

  • 2006 : titre décerné pour la première fois par Pierre Weil, recteur de l’Université internationale de la Paix, UNIPAZ à Florianópolis (Brésil).
  • 2007 : titre décerné par le gouverneur de la région de la Basilicate, ainsi que par la ville de Sondrio (Italie).
  • 2011 : titre décerné par Gianni Pittella, député européen et premier vice-président de l’Union européenne, au nom de la Déclaration de Bruxelles pour l’engagement en faveur de la paix signée au Parlement européen en 2011.
  • 2013 : titre décerné par l’Université agraire (Pérou).
  • 2006 : Prix d’excellence pour l’accomplissement d’une œuvre humanitaire internationale, décerné par Mary Singletary, présidente du Conseil national des femmes des États-Unis, lors d’une cérémonie spéciale au siège des Nations Unies à New York.
  • 2012 : Prix de l’“Accomplissement de toute une vie” décerné par la Fondation Asia Pacific Brand Laureate, Kuala Lumpur (Malaisie).
  • 2013 : Prix et diplôme du Bharat Gaurav, décernés par la Société internationale des amis de l’Inde, New Delhi.
  • 2015 : Ordre du mérite international du sang de la Fédération internationale des organisations de donneurs de sang.

Décernées par les gouverneurs du Michigan, du New Hampshire, du Nouveau-Mexique et de New York ; par l’Assemblée générale de l’État du Connecticut, la Chambre des Communes d’Hartford (Connecticut), la Chambre des Représentants de Pennsylvanie, l’Assemblée générale de Rhode Island, le Corps législatif du Wisconsin, les maires de Boston (Massachusetts), Los Angeles (Californie), Buffalo (New York), Boulder (Colorado), Miami (Floride), Fort Lee (New Jersey) et San Francisco (Californie).

 

 

 

• Clés des villes : New York, Nouvelle-Orléans (Louisiane), Miami, Miami Beach (Floride), Oakland (Californie), Détroit (Michigan) ; Kyoto (Japon) ; Corleone, Agrigente, Padoue, Palerme, Mazara del Vallo, Segesta (Italie) ; Tainan (Taïwan).

Citoyen d’honneur de la Ville de Londres : Freedom of the City of London, en 2010.

Citoyen d’honneur de la ville de São Paulo (Brésil) en 2013.

• “Bâton de commandement” et titre d’“Hôte éminent” décernés par les villes d’Otavalo en Équateur et de Cuzco au Pérou, en 2013.

Diplôme d’honneur et médaille de l’université de San Antonio de Cuzco au Pérou, en 2013.

Ville d’Atlanta (États-Unis) ; Bibliothèque du Congrès des États-Unis ; National Geographic Society ; Société historique du Vermont ; le président du Sénat italien : Franco Marini.

 

 

 

Augusta (Maine)
Denver (Colorado)
Los Angeles (Californie)
Portland (Oregon)
Quito (Équateur)
San Francisco (Californie)
Trieste (Italie)
Province de Potenza (Italie)
Conseil régional de la Basilicate et de la région Basilicate (Italie)
Province de Padoue (Italie)
Citoyen d’honneur, titre décerné par les maires d’Agrigente, de Corleone et de Mazara del Vallo en Italie.
Titre de “maire honorifique” de la ville accordé par le maire de San Antonio, Texas

Prix des médias pour l’émission Words of Peace :

  • Lauréate du meilleur programme télévisé décerné à deux reprises par l’Association brésilienne des chaînes de télévision locales à cette émission hebdomadaire sur le message de Prem Rawat.
  • Sélectionnée par Promovision Viewers comme programme de télévision préféré au Mexique.
  • Arrivée à la première place au prix Community Access Magic (CAM) 2007, sponsorisé par CTV aux États-Unis.