Le 16 novembre 2012, Prem Rawat s’est adressé aux détenus de la prison de haute sécurité, Zonderwater, en Afrique du Sud. Sa venue a fortement marqué les esprits des détenus, qui ont tenu à exprimer leur reconnaissance.

Note : les photos prises dans la prison ne sont pas encore disponibles.

Mark

Quand j’ai entendu dire que Prem Rawat allait venir à Zonderwater, il m’est impossible de décrire tout ce que j’en attendais ; cet homme formidable allait donner de son temps pour nous parler ! Sa présence ici a été à la hauteur de toutes mes espérances, et plus encore. Depuis, on en parle tous les jours et on se pince pour être sûrs qu’on n’a pas rêvé.

Zingisile
Je me sens béni des dieux d’avoir eu l’occasion de voir et d’entendre M. Prem Rawat. Il m’a vraiment beaucoup inspiré et maintenant, je sais que la paix ne s’achète pas. Elle vit en nous, chaque jour.

Sizwe
C’est vraiment un grand honneur pour moi d’avoir été invité à écouter le discours de M. Prem Rawat vendredi dernier. C’est quelque chose d’unique dans une vie et ça m’a amené à ressentir beaucoup d’humilité.

Dumisane
Ça a été un grand jour pour moi que quelqu’un comme M. Rawat vienne dans notre prison. J’ai été vraiment touché. J’en ai même eu les larmes aux yeux. J’espère avoir l’occasion de le revoir un jour. J’ai été ému par ses paroles et surtout par l’histoire de l’homme sur son âne qui porte tout le fardeau sur ses épaules.

King
Vendredi a été un excellent jour pour moi, le jour tant attendu pour rencontrer Prem Rawat et le voir de mes propres yeux. Dommage que je n’aie pas pu lui poser de question, mais j’ai vraiment aimé ce qu’il a dit et ses histoires m’ont plu. Je pense qu’à partir de maintenant, avec ce que j’ai appris de lui et de toute l’équipe sur la paix, je vais changer de comportement et suivre la bonne route.

Jeremy
C’était bouleversant de voir l’homme en personne. Il a un regard tellement profond.

Vusi
J’étais très content. J’avais très envie de le voir face à face. Je me disais qu’une fois sorti de prison, j’apprendrai peut-être un jour qu’il est dans les parages et qu’alors j’irai le voir quelque part en Afrique. Mais voilà, il est venu nous voir, ici même.
J’étais bouleversé. J’étais au bord des larmes. Je n’aurais jamais pu imaginer qu’il viendrait nous voir, mais ça a été un véritable honneur de pouvoir finalement le rencontrer. Et aussi, on a beaucoup de chance d’être le premier groupe à suivre un PEP en Afrique du Sud.

Themba
Je lui suis reconnaissant d’avoir fait l’effort de venir en Afrique du Sud. Je vois à quel point il pense à nous qui sommes ici à Zonderwater. En l’écoutant, ma perception des choses a changé et j’ai compris que j’étais encore un être humain. Le soir, avant de m’endormir, j’essaie de me rappeler tout ce qu’il a dit. Ça m’aide beaucoup. Et je veux être ce lion dont il parle (celui qui sait qui il est, en réalité).

Simphiwe
C’est un privilège pour moi de suivre cet atelier du PEP et j’en suis reconnaissant. J’ai beaucoup appris. La prison a été pour moi un mal pour un bien. J’ai compris ce qu’est la paix. À mon avis, la prison est là pour qu’on apprenne. Je sais ce dont je suis capable quand je n’ai plus peur. C’est pourquoi je remercie M. Prem Rawat d’avoir pris de son temps pour venir donner son enseignement à des gens comme nous.

Fuzile
C’est magnifique d’avoir pu rencontrer Prem Rawat. Avant même qu’il se mette à parler, juste par sa présence, je suis redevenu un être humain. Il dit que la vie est simple et que c’est nous qui la rendons compliquée. J’aurais voulu qu’il n’arrête pas de parler et que ça continue et continue. Je l’écoute tous les jours en boucle et à chaque fois, j’en retire quelque chose de nouveau.

Pepsi
J’ai beaucoup aimé les paroles de Prem Rawat. C’est bien la première fois que j’apprécie quelque chose en prison.

Amos
Ça a été un jour merveilleux, vraiment merveilleux. J’ai bien aimé l’histoire de l’âne. Je me suis rendu compte que si je veux la paix, je dois abandonner mes vieux comportements. Je ne peux pas être en paix avec tout ce qui encombre ma tête.

Ephraim
Vendredi, j’étais malade et du coup, je n’ai pas pu aller voir M. Prem Rawat. J’étais tellement déçu. Mais j’ai pu l’apercevoir alors qu’il marchait dans la prison, et ça a été comme un cadeau de Noël. J’ai été tellement touché qu’il ait pris du temps sur le monde à l’extérieur pour venir nous voir. Certains de ceux qui sortent de prison retournent à leurs vieilles habitudes ou se suicident. Moi, je veux sortir pour bien me comporter. Je veux dire merci à Prem Rawat.

 

Share this story

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail