La Fondation Prem Rawat (TPRF) reste active en Équateur depuis le tremblement de terre de magnitude 7,8 du 16 avril 2016. Elle vient d’attribuer la somme de 55 000 dollars pour fournir de l’aide d’urgence à des milliers de personnes – en nourriture, eau, abris, médicaments et installations sanitaires.

L’objectif est de subvenir aux besoins des communautés appauvries de la province d’Esmeraldas le long de la côte nord, une région qui continue à subir de nombreuses répliques.

Food delivery Campamento San FranciscoLe matériel d’urgence est distribué par deux organismes caritatifs équatoriens qui sont très présents au niveau local : Montanas de Esperanza* (MdE) et l’Union des organisations paysannes d’Esmeraldas (UOCE). Après le séisme d’avril, les familles déplacées de toute la région ont cherché refuge dans des baraques de fortune qu’elles construisaient en bordure de route à partir de matériaux de récupération, mais il y fait une chaleur suffocante sous le soleil tropical. Les fonds de TPRF sont utilisés pour remplacer ces cabanes inadéquates par des abris high-tech qui peuvent accueillir, chacun, 10 personnes pendant deux ans.

À ce jour, TPRF a aidé au remaniement de cinq camps de secours avec 62 de ces abris, des cuisines collectives, des installations sanitaires et des espaces d’activités pour les enfants. Sans compter les matériaux de construction pour 100 refuges supplémentaires qui ont été récemment livrés.

Community-raising the shelterSur l’île de Muisne, Nancy Bedon, une gestionnaire de l’UOCE, rapporte que la chaleur intense qui régnait dans les abris bâtis dans l’urgence a provoqué des maladies et que les enfants ont souffert de déshydratation.

« Avec ces nouveaux abris, indique-t-elle, la Fondation nous a aidés à reconstruire notre communauté et notre tissu familial. Je veux vous dire un grand merci pour votre soutien et pour nous avoir fait sentir que nous n’avançons pas seuls, que les frontières ne comptent pas. Ce qui compte, c’est de ressentir cette fraternité. »

Cette semaine, plusieurs répliques de magnitude 6,4 ont secoué Muisne, forçant les élèves à abandonner les bâtiments scolaires de peur qu’ils ne s’effondrent. TPRF apporte également son aide à la construction de salles de classes temporaires capables de résister aux séismes. « Les mères et les enseignants sont très reconnaissants », souligne Paul Murtha, directeur exécutif des MdE, avec qui TPRF a déjà travaillé sur plusieurs projets humanitaires.

Emergency shelter school classroomsLes fonds de TPRF servent également à construire des prototypes de maisons parasismiques modernes qui utilisent des matériaux locaux. L’intention est que les familles pourront reproduire le nouveau procédé de construction pour un logement durable et plus sécurisé.

Reste la difficulté d’accès à l’eau potable. TPRF y répond en fournissant des systèmes de filtration et une aide à la reconstruction d’un réservoir d’eau qui alimentait trois villes de la province d’Esmeraldas.

Même si de nombreux obstacles demeurent avant qu’une reprise durable puisse voir le jour, « la façon dont TPRF a répondu a eu un impact profond sur l’espoir et la dignité des familles touchées », constate Paul Murtha.

Sur le long terme, Gonzalo Guzman, président de UOCE, reste lui aussi confiant et pense que le soutien de TPRF aidera à rétablir l’optimisme parmi les gens et à relancer l’économie. « Au nom de notre organisation et des familles qui ont été aidées avec une telle dignité, je remercie la Fondation pour la solidarité et son chaleureux soutien », a-t-il déclaré.

* Montagnes d’Espoir.

Share this story

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail