Ce contenu est également disponible en: Anglais Espagnol

La pièce est remplie de fleurs et de vêtements pour femmes. On peut voir un porte-vêtements garni de blouses, de chandails et de tailleurs-pantalons. Un autre contient des pantalons, jupes et robes de soirée. Certains vêtements portent des marques de designers célèbres. On peut trouver tous types de tissus dans chaque couleur : unis, imprimés ou fleuris. Et sur la table il y a des accessoires : colliers de perles, ceintures parées de bijoux, bijoux fantaisie et chaussures.

Bien sûr, il y a aussi des rafraîchissements, pâtisseries maison, vins, jus et collations ; des cartes de vœux faites à la main. Au moins une douzaine de femmes s’affairent de part et d’autre, examinent les vêtements, essaient ceux qu’elles préfèrent, sirotent du vin et lisent des brochures sur la Fondation Prem Rawat (TPRF).

C’est la fête des froufrous ! Vous avez bien entendu, froufrous. Il s’agit d’une fête où l’on s’échange des vêtements et des accessoires. Le mot vient du son que produisent les froissements des soies et des satins.

L’organisatrice de l’événement invite des amies et des connaissances, qui offrent chacune au moins un article de valeur, en échange d’un autre qu’elle désire. Tout ce qui n’a pas été pris est donné. Les gens peuvent organiser une “froufrou-party” pour une manifestation caritative ou tout simplement pour le plaisir (et cela permet en même temps de recycler et d’économiser de l’argent).

Jane, qui vit en Écosse, raconte la “froufrou-party” qu’elle a montée en faveur du programme Food for People (FFP) :

« Il y a cinq ans, j’ai fait une “froufrou-party” à Londres et avec la grande pièce de notre nouvelle maison, je me suis dit que ce serait encore mieux ici. Avec ma colocataire, nous avons choisi de mettre en avant FFP parce que ce programme est facile à comprendre pour les gens qui ne connaissent pas le travail de la Fondation. Nous avons fait une mini-exposition avec de jolies cartes contenant des informations sur TPRF et les trois centres FFP en Inde, au Népal et au Ghana.

C’était une fête dans une maison privée, en l’occurrence la mienne, et je n’aurais pas été à l’aise en l’ouvrant à tout le monde pour des raisons de sécurité. C’était donc uniquement sur invitation. J’ai envoyé un e-mail à une vingtaine de femmes que je connais en leur disant qu’elles pouvaient en convier d’autres. Un graphiste très doué nous a aidées ; les couleurs et les styles étaient tellement beaux que les gens ont dû sentir que ce serait spécial. Nous avons contacté nos amis, la famille, les collègues et les voisins pour savoir qui allait venir et combien de gens ils avaient invités. Sur les 17 femmes présentes, certaines ont fait parfois jusqu’à 80 kilomètres pour venir.

Nous avons demandé que les vêtements soient nettoyés à sec ou lavés et repassés, et avons pris grand soin de bien les présenter. Nous avons emprunté ou acheté des porte-vêtements et décoré de bijoux notre îlot de cuisine. Grâce à des dons très généreux de vêtements, nous avions un rack appelé « Vêtements de créateurs – prix affichés ». Nous avons même proposé un “personal shopper” (personne qui vous conseille dans vos choix) à celles qui étaient trop impressionnées par le grand nombre de tenues exposées ! Un don de 10 £ était suggéré pour cet événement (un peu plus de 11 euros), plus 10 £ pour chaque article acheté. Les boissons et les collations étaient gratuites. Nous avons accepté des offres de dernière minute du fait qu’il nous restait des articles invendus.

Nous avons été très surprises par le résultat – fatiguées mais heureuses ! Nous avons recueilli plus de 740 £ (environ 840 euros) ! Nous avons donné trois sacs de vêtements invendus à un organisme de bienfaisance. Le meilleur du stock restant sera apporté à un magasin de vêtements d’occasion, et nous espérons ainsi récolter entre 55 et 110 £ de plus (60 à 130 euros). Nous recommencerons une collecte à une autre saison, l’année prochaine. On nous a donné quelques idées et il y a eu des suggestions comme : proposer du thé, baisser un peu les prix, et d’autres améliorations. Les gens ont dit que ça avait été très sympa et “fun” – et je sais que ce n’est pas juste à cause du champagne ! L’équipe était vraiment dynamique et beaucoup de gens ont contribué à cette réussite. »

Share this story

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail